3. Les priorités, intersections et cédez-le-passage doivent être conçus de sorte que les cyclistes n'aient que rarement besoin de freiner ou de descendre de leur vélos.

L'efficacité du transport à vélo est significativement réduite si les déplacements sont ponctués de nombreux ralentissements et arrêts. A chaque fois que le cycliste doit s'arrêter et redémarrer, l'effort requis est équivalent à celui de pédaler sur 200 mètres supplémentaires.

De trop nombreux feux de signalisation, les feux ne détectant pas les cyclistes (mauvaise conception des boucles de détection) ainsi que les feux spécifiques aux vélos restant au rouge par défaut, ne facilitent pas à rendre les trajets en vélo plus efficaces. Les cyclistes allant tout droit ne devraient pas perdre la priorité par rapport aux conducteurs venant de derrière et qui souhaitent tourner en coupant la piste cyclable.

Les cyclistes ne devraient également jamais bénéficier d'un feu vert pour aller tout droit quand les engins motorisés ont également le feu vert pour tourner en coupant la piste cyclable (le "feu vert de la mort" à cause duquel les camions, en particulier, tuent des centaines de cyclistes chaque année). De même les cyclistes allant tout droit dans un carrefour ne devraient pas partager une voie avec des automobilistes souhaitant tourner en coupant leur trajectoire.

Des situations dangereuses peuvent également apparaître quand le cyclistes doit tourner en franchissant une voie, i.e. un virage à gauche dans les pays où l'on conduit à droite ou un virage à droite dans les pays où l'on conduit à gauche. Dans ce cas, il faut trouver un moyen d'éliminer le conflit entre les cyclistes qui n'ont pas d'autre choix que de changer de voies pour tourner et les automobilistes qui sont sur ces voies et roulant éventuellement à vitesse élevée. La meilleure solution est d'adopter la conception néerlandaise des intersections supprimant toute possibilité de conflit.

Les panneaux indicateurs peuvent être difficiles à lire à cause de leur emplacement ou de leur taille. Dans tous les cas, les panneaux doivent indiquer aux cyclistes la direction dans laquelle ils vont (tant aux niveau local que régional) et les distance en kilomètres qui les séparent de ces destinations. Les distances indiquées en "minutes" ne sont pas utiles. L'absence d'indication de distance n'est pas utile, de même que les panneaux comportant juste un numéro de route sans indiquer où mène cette route.

Les panneaux pour pistes cyclables doivent être suffisamment grands pour pouvoir les lire sans avoir à s'arrêter. Certains panneaux ont par le passé été placés au même endroit voire même après l'intersection ou la sortie. L'éclairage est absent dans beaucoup de cas, et si c'est la cas, les panneaux ne doivent pas être placés trop hauts pour pouvoir être éclairés par un phare de vélo.

Pour résumer : les cyclistes ne devraient pas être désavantagés vis-à-vis des autres usagers. Les feux de signalisation doivent être adaptés. Les systèmes de détection devraient détecter les cyclistes à une distance suffisante de l'intersection. Les usagers approchant par derrière ne doivent jamais avoir la priorité. La pratique de "voler la priorité" au cycliste doit disparaître, les intersections où cela est rendu possible doivent être modifiées. Les panneaux indicateurs doivent être lisibles en roulant. Tout comme les sorties de voies doivent être annoncées bien à l'avance.